Notre monde  est en pleine mutation, en plein bouleversement. Le Vivant, dont nous faisons partie, n’a jamais été autant menacé, et le sens de notre vie, autant questionné. Les choses vont vite, fort, et c’est un défi de conscience, de coopération, d’adaptation et de créativité sans précédent qui nous attend. Pour emprunter ce chemin, il est essentiel de se connecter à sa boussole intérieure, à « ce qui sait » en nous, à nos forces, à ce qui nous fait vibrer, ce qui nous met en joie.

« Ne te demande pas ce dont le monde a besoin. Demande-toi ce qui te rend pleinement vivant et fais-le. car ce dont le monde a besoin, c’est de gens vivants ! » – Howard Thurman

Depuis presque 20 ans, j’explore et pratique de nombreuses approches qui m’ont permis de créer une vie dans laquelle je m’épanouis, qui a du sens et dans laquelle je suis de + en + moi-même. Le chemin n’est pas toujours facile ni confortable, et en même temps il est profondément libérateur, gratifiant et épanouissant.

A mon tour, je vous propose deux approches qui enchantent ma vie et facilitent ce chemin : la Biodanza, ou Danse de la Vie, et le Kasala, ou Autolouange.

Leurs points communs ?
– La simplicité, qui les rend accessibles à tous : en Biodanza, nul besoin de « savoir » danser. En Kasala, nul besoin de « savoir » écrire. Simplement d’en avoir l’élan, le désir.
Les mouvements en Biodanza sont très simples et faciles à réaliser. En Kasala, les 3 règles d’écriture sont également très simples.
L’esthétique de notre danse et de nos mots émerge tout naturellement lorsque nous sommes authentique, totalement et intensément présent, lorsque nous lâchons prise et que nous nous laissons danser par la musique, traverser par les mots ; quand nous nous mettons humblement à leur service pour leur donner forme dans le monde.

– Le plaisir : celui de la musique qui nous donne envie de danser, de notre corps en mouvement, de le sentir se délier, se détendre,.. Et en Kasala, le plaisir des mots qui dansent : musique, rythme, couleur, résonance,.. les mots vivent et vibrent par notre voix.

– La danse et la parole sont des moyens d’expression universels de notre identité et de notre humanité. Nous sommes faits de chair et d’os, de muscles, de peau, le mouvement est notre essence. Notre humanité et notre identité s’enracinent et s’expriment à travers notre langage.

– La qualité du lien au sein du groupe dans lequel se pratiquent Biodanza ou Kasala est essentielle : bienveillance, soutien, écoute, respect, feedback,… Le groupe représente une matrice sécure dans laquelle nous pouvons oser être pleinement nous et être accueilli, tel que nous sommes.

– Ma posture de facilitatrice : je ne suis pas professeur, dans le sens où je ne vous apprendrai rien qui n’est déjà en vous. Telle une jardinière amoureuse, je crée dans mes ateliers les conditions pour faciliter la libération et l’expression de votre identité et de vos potentiels, à travers vos danses et vos mots, dans la joie et la facilité.

Biodanza et Kasala nous offrent un chemin direct, ému, vibrant, vers la source de Vie qui palpite au cœur de nos cellules.

Publicités