AUTOLOUANGE

Je suis mon propre dieu, je n’obéis à aucune règle, je crée les règles.
Je suis l’inspiration de tous les artistes.
Je suis le prophète du passé et du futur.
Je suis l’artiste qui dessina le monde. 

Xavier, élève de marie Milis, extrait du livre « Souviens-toi de ta noblesse »

L’autolouange est une pratique millénaire et universelle, une ancienne tradition commune à de nombreux peuples, appelée notamment Kasala en Afrique.

3 règles simples : partir de la vérité, écrire au « je » et amplifier. Et comme toujours la simplicité mène à l’essentiel.

L’autolouange nous conecte à notre source, à notre essence profonde, à la Vie qui palpite au creux de nos cœurs, de nos ventres, de nos veines.

Elle déchire les voiles mis entre nous et nous-même, pour nous révéler dans toute notre beauté et notre lumière, à la fois si vulnérables et si puissants.

Et si nos paroles touchent les autres, c’est que nous sommes tous reliés à la même source d’humanité et de vie.

En autolouange, nul besoin de « savoir » écrire, ni de chercher à faire joli. C’est de la connexion authentique et totale à soi qu’émergera naturellement le verbe enchanteur.

« Mais c’est pas un peu prétentieux ça, l’autolouange, juste pour flatter l’égo ? » Non. L’Ego serait de se présenter aux autres en s’apprêtant au préalable de façon à séduire. L’autolouange, c’est s’avancer nu en disant « je suis », et de cette présence totale et authentique émerge la beauté, la vulnérabilité et la puissance.

 

ATELIERS SUR AIX-EN-PROVENCE ET ENVIRON :

DATES 2017 / 2018 A VENIR

 

Je sors des rails monotones à l’infini et je m’échappe par les chemins de traverse.
Je rejoins les miens, les êtres nus et libres.
Je suis un diamant brut, je ne me laisserai jamais tailler.
Je suis le piquant de la menthe poivrée, l’amertume du pissenlit et la douceur de la rose.
Je suis femme sauvage qui court avec les loups.
Je me laisse approcher tout près, mais je ne me laisserai jamais apprivoiser.

Sandrine

 

Publicités